Notre sélection d'articles

Aller/Retour vers le futur

Posté par Max le 24 février 2011

Catégorie : Design Technologie

Pas de commentaire pour l'instant - Ajoutez le votre !

Petit combo de deux vidéos qui ont pas mal tourné sur le net.
Le concept : mettez des utilisateurs face à des technologies qui ne sont pas de leur temps, faites mijoter à température ambiante, plantez la camera et attendez en souriant.

Que ce soit les enfants face aux reliques technologiques des grands parents ou l’inverse, il y a quelque chose de fascinant et de très instructif et non pas seulement à cause du décalage temporel.
La suite de mon analyse dans …euh, la suite :)

VS


Peu étonnant, mais fascinant à quel point les enfants et les grand-parents se trouvent égaux face à une technologie étrangère. La même réaction de départ arrive tout de suite : “qu’est ce que c’est ça ?”.
Puis, vient une phase de manipulation intense de l’objet. La découverte passe par les mains et l’appréhension de l’objet se fait par sa forme, en le comparant avec des objets connus de formes similaires. Ces testeurs recherchent ensuite une interaction, une réaction, ils appuient sur tous les boutons, souvent en vain en l’absence d’un ordinateur ou d’une console.
Enfin, fusent les estimations d’une fonction possible de l’objet et c’est là que ça nous intéresse, récolter les erreurs sur la fonction de l’objet proposée est une excellente démarche créative.

Premièrement, ça permet de se faire une idée de l’inconscient collectif de chaque cible (vieux et jeunes). Quand une enfant parle de Tazer en regardant la GameBoy, on imagine un peu le genre d’info sur lesquelles elle est tombée au 20h, puis, on ressent bien la domination marketing d’Apple quand la “pomme” est dénommée comme symbole d’objet électronique par l’un des vieux. Dans un registre bien plus poétique, les personnes âgées voient un scaphandre dans l’objet de la Webcam ou encore “un miroir pour connaitre nos pensées” concernant l’iPad, je trouve ça tout simplement génial ! Cela témoigne d’un imaginaire fort et d’une conception de la technologie détachée de la notion de besoin marketing.

Deuxièmement, c’est un bon processus créatif pour comprendre les évocations possibles que procurent la forme de ces objets, une fois dénués de leurs périphériques principaux. Le radio-cassette qui ressemble à une bombe, la souris Mac qui ressemble à un jeu d’enfant, l’iPad comme miroir, comme objet bien fini…

Enfin, c’est l’occasion de rigoler un bon coup et surtout de trouver de nouvelles idées : disquette comme range CD vintage, disquette comme appareil photo ultra plat, manette wii comme manette collaborative à deux joueurs…

Je ne pousserai pas plus loin l’analyse (il y a plus à dire sur la souris de Mac, etc) mais plus que l’effet comique de voyage temporel, j’affectionne particulièrement ce genre de recherches utilisateurs où l’on confronte l’usager à la technologie, ça finit toujours en brillants détournements de la fonction première d’un objet. D’ailleurs, l’enfant qui s’improvise DJ me fait penser à cette video de Granmaster Flash qui fait une des premières démo de Turntablisme à la TV au tout début des années 80.

Sources : http://www.cyberpresse.ca
- Journaliste : Jean-Christophe Laurence
- Réalisation : Top Multimédia

Max Mollon

Interaction designer, Max complète actuellement un Master Media Design à la Haute école d'art et design (HEAD) de Genève.

Pas de commentaire pour l'instant

Ajouter le votre !

Laisser votre commentaire